Angela Mitropoulos

Traduit de l’anglais par Valérie P. Simard

Paru le 14 juin 2022

Format poche, 17 x 12 cm

152 pages

Prix : 18,95 $

ISBN : 978-2-924834-33-6

Format ePub

Prix : 12,99 $

ISBN : 978-2-924834-35-0

Rayons : Essai, pandémie de Covid-19, politique

Acheter sur Le Pressier

Pandémonium

Prolifération des frontières du Capital et dérives pandémiques

Une coédition avec la revue Ouvrage

Depuis ses origines en Chine dans un contexte de crise environnementale et de privatisation du système de santé, Angela Mitropoulos suit la propagation du coronavirus SARS-CoV-2 au rythme de l’adoption de mesures contre-productives comme la quarantaine et de choix irresponsables comme l’atteinte d’une bien insaisissable immunité collective. Ce faisant, elle montre comment les explications exotisantes sur l’origine du virus et les restrictions de voyage racialisent la maladie tandis que la réticence à renforcer les capacités des systèmes de santé renvoie la gestion des risques aux ménages privés.

Retraçant la production et la reproduction des frontières à travers l’histoire des théories de population, du contrat social et de l’épidémiologie, mobilisant autant les récits d’origine et de fin du monde que la géopolitique et la finance, Mitropoulos aborde les circuits capitalistes de production de valeur au sein des secteurs pharmaceutique, de l’équipement de protection individuelle ou de l’assurance catastrophe. La situation pandémique et les appels à « rouvrir l’économie » soulignent à gros trait le traitement des populations en tant que « réserves » et annoncent un monde où la définition même de l’économie et des infrastructures est en transformation.

Comment en sommes-nous arrivés là ? Qu’est-ce qui motive les réponses des États ? Quels sont les résultats de ces décisions ? Pandemonium nous rappelle singulièrement que l’éclosion de la pandémie et la façon de la gérer ne sont pas le fruit du hasard : elles sont en gestation depuis des siècles. Angela Mitropoulos offre une solide méthode d’analyse pour saisir les différents mécanismes en jeu et anticiper les déviations à venir.

Angela Mitropoulos travaille à la School of Humanities and Communication Arts de la Western Sydney University. Elle écrit depuis bon nombre d’années sur la précarité, les frontières et les politiques sociales. Auteure du livre Contact & Contagion: From Biopolitics to Oikonomia (AK Press, 2012), on peut également la lire dans The New Inquiry, Social Text, New Socialist, ephemera, Mute et plus encore.

Valérie P. Simard est enseignante et traductrice. Elle est membre du comité de rédaction de la revue montréalaise Ouvrage. Elle a collaboré aux essais collectifs Travail invisible: portraits d’une lutte inachevée et Grève des stages, grève des femmes: Anthologie d’une lutte féministe pour un salaire étudiant 2016-2019 tous deux publiés aux éditions du remue-ménage.

 

Dans notre catalogue…